Les instituteurs au XIXe siècle

Instituteurs

En 1836, l'instituteur de Larnagol est Vincent PEZET, natif de Cajarc. Il a épousé en 1829 une native du village, Victoire DECREMPS. Il restera à ce poste jusqu'en 1866, date de son décès à l'âge de 68 ans. Son successeur lui avait été adjoint peu de temps avant. Naturellement Marcel Guilhaume MARTY, un jeune homme célibataire de 21 ans originaire de Saint Pierre Toirac, assure donc le poste à partir de 1866. Il fait la connaissance de Clémentine SOURSOU qu'il épouse en 1870. Il restera en poste à Larnagol jusqu'en 1876, puis partira ensuite enseigner à Gréalou.

En 1881, l'instituteur est Albin DELBOS, jeune homme célibataire de 28 ans. Il épouse Emilie SALGUES qui est également institutrice. C'est donc le premier couple d'enseignants de Larnagol ; il y resteront jusqu'en 1891.

Ils seront remplacés par Daniel VERDY et Marie SERS, un autre couple d'instituteurs, en 1891. 1901 verra l'établissement de Victor BONHOMME, 31 ans, originaire de Saint Cirq Lapopie, qui éduquera les jeunes larnagolais au moins jusqu'en 1911 en compagnie de son épouse, Léontine DUPRAT.

 Institutrices

En 1836, l'institutrice est Marie RICHARD, femme de 29 ans mariée, mais vivant seule avec ses deux filles, Marie et Rose. En 1841, c'est Phanie (ou Fanie) PEZET qui la remplace jusqu'en 1856. Adèle FORT, célibataire, prendra sa suite jusqu'en 1876. En 1881, Marie CHASTRE enseigne à Larnagol pendant quelques années.  Elle sera remplacée par Emilie SALGUES, la femme d'Albin DELBOS jusqu'en 1891.

Viendront ensuite Marie SERS en 1896, puis Léontine DUPRAT, la femme de Victor BONHOMME, jusqu'en 1911.

 Seuzac

A partir de 1891, un poste d'institutrice est créé à Seuzac. Adélaïde CRAVIGNAC en sera la première titulaire. Elle sera suivie de Rose FRAYSSE en 1896, de Victorine DON DIEGO CARLOS en 1901, puis de Clémence SAINT AFFRE jusqu'en 1911.

 

On peut remarquer qu'aucun des enseignants de Larnagol au XIXe siècle n'est originaire de la commune. Seuls Vincent PEZET et Victor BONHOMME sont nés dans le voisinage (Cajarc et Saint Cirq Lapopie). La plupart sont nés plus loin, parfois dans un autre département (Haute Garonne ou Aveyron), voire à l'étranger.

Note : Cet article est basé sur les recensements de Larnagol. Il donne un point de vue ponctuel. Pour une plus grande précision dans les dates, il faudra étudier l'état-civil et, éventuellement, les comptes-rendus des réunions du Conseil Municipal.