La cabine téléphonique

 C'est en 1931/1932 qu'a été installé un bureau de poste avec une cabine téléphonique à Larnagol. Cette cabine était située au début de la rue Centrale à droite, juste à côté de l'actuel gite communal. On peut encore voir dans le mur les traces des quatres vis qui fixaient la plaque semblable à cette photo.

C'est évidemment André Fizames qui est le mieux placé pour nous en parler, puisque la première gérante n'était autre que sa propre mère, Elise FILHES, épouse de Rémy FIZAMES.

 

 

Le 13 mars 1932 : Le Conseil Municipal discute du salaire du porteur de télégrammes

« M le maire expose qu’il y a lieu conformément à la délibération du 28 janvier 1931 de fixer le salaire du porteur de télégrammes et des avis d’appel téléphoniques…

Le Conseil, vu le nombre de télégrammes et avis arrivés et distribués pendant les 6 mois de fonctionnement du service téléphonique et télégraphique, en accord avec le porteur, fixe le salaire à 250 F par an. »

Ce bureau de poste est situé dans l’actuelle rue Centrale et il est surtout fait pour abriter la cabine téléphonique. C’est une grosse cabine téléphonique avec porte munie de verre dépoli à doubles parois pour l’isolation phonique ; sur l’extérieur de cette cabine il est accroché un autre appareil qui est utilisé par la gérante pour demander la communication car bien sûr il n’y a pas encore l’automatique. La gérante doit tourner une manivelle pour établir la communication avec le « central » de Cahors et demander le numéros souhaité ; puis elle raccroche le gros combiné et attend d’être rappelée pour avoir la ligne. Sous cet appareil extérieur il y a une petite table avec les outils liés à la gestion du courrier et des colis ; un bloc encreur et ses tampons pour oblitérer les lettres, une balance pour peser les colis et même, rangée sous la table, une bascule pour peser les gros colis. Cette bascule était bien connue des habitants du village et elle a dû peser plus de personnes et d’enfants que de colis.

La première gérante de cette cabine téléphonique fut Elise Fizames, ma mère, et mon père Rémi Fizames était facteur de Larnagol. La distribution du courrier s’effectuait alors à bicyclette ou à pied. Ils étaient logés dans les étages du bureau de poste.

[...]

Le 29 janvier 1933 : Le C.M envisage la création de la cabine téléphonique de Seuzac

« Le président expose la question de l’installation du téléphone dans la section de Seuzac.

Le Conseil après avoir pris connaissance des conditions d’installation du téléphone dans la section de Seuzac, au même titre qu’un particulier dont le poste est ouvert au service public

1°) demande le rattachement aussi prompt que possible de la section de Seuzac à la cabine téléphonique de Larnagol

2°) donne pleins pouvoirs au maire pour prendre vis-à-vis de l’administration des Postes et Télégraphes les engagements réglementaires, faire choix d’un local à présenter à l’administration, recruter le gérant du téléphone, son suppléant et le porteur des télégrammes et avis d’appel

3°) inscrit au budget de la commune la somme de 500 F pour rémunérer le gérant, la fourniture et l’entretien du local affecté au service

4°) décide que le salaire du porteur de télégramme sera fixé ultérieurement de gré à gré après une période de 6 mois destinés à permettre de se rendre compte de l’importance du service.

Téléphone à Seuzac : Nouvelle délibération … pour préciser le sens de celle du 29 janvier. Comme l’installation de la cabine publique peut retarder la mise du téléphone à la disposition des habitants, il y a lieu de demander exclusivement l’installation du téléphone à Seuzac sous le régime de l’abonnement.

Le Conseil … demande la souscription d’un abonnement dans les conditions lui permettant de bénéficier de la demi taxe, l’appareil téléphonique sera installé chez M Antony Galy précédemment désigné. » … puis

Le 28 juin 1933 : Il est encore question du téléphone de Seuzac

« Lettre de M le Préfet du 20 mai 1933 stipulant qu’au cours de sa session d’avril 1933 le Conseil Général a décidé de doter du téléphone les villages ayant une école sous le régime de l’abonnement aux frais exclusifs du département.

Le Conseil dans sa délibération du 12/02/1933 ayant souscrit un abonnement au téléphone pour la section de Seuzac, demande que cet abonnement soit aux frais exclusifs du département. »

[...]

Le 19 janvier 1958 : Le C.M révise l’indemnité de gérance des cabines

« Sur la demande de M Fizames, le conseil décide une augmentation

Sommes allouées :          10000 F pour la gérance de Larnagol.       8000 F pour celle de Seuzac »

Le 11 juin 1959 : Suite à la démission d’Elise Fizames et à une publication faite le 1er juin pour prévoir à son remplacement, aucun candidat ne s’étant présenté, le Conseil décide de créer un poste public ayant deux candidats Wilfrid Ortalo et Paul Portes.

Le 3 juin 1959  : Ce même problème de la cabine téléphonique est examiné. Vu démission en date du 30 juin 1959 de Mme Elise Fizames gérante de la cabine téléphonique, M Ortalo-Magné est nommé gérant du poste public …. 5000 F annuel, puis

Le 10 février 1963 : Il est question de l’installation d’un appareil supplémentaire au poste public ; mais ?

Le 19 septembre 1971 : M. Pierre Couybes est nommé gérant du poste public …. aucune rémunération

Le 10 décembre 1976 : C’est M. Jean Vinel qui est nommé gérant du poste public téléphonique à compter du 1er février  …. aucune rémunération.

Après cette date les téléphones privés sont devenus de plus en plus nombreux et le « poste public » remplacé par une cabine téléphonique sur la place du village.

 Texte extrait d'un document écrit par André Fizames et publié avec son aimable autorisation.