Le monument aux morts

Larnagol, bien qu'éloigné du lieu des batailles, a été profondément meurtri par la première guerre mondiale. Vingt deux enfants de la communes sont morts pour la France, d'autres sont revenus blessés.

C'est parfois simplement à la lecture des journaux que les familles apprennent le décès d'un mari ou d'un fils mort au champ d'honneur.


Rapidement, le Conseil Municipal va s'occuper de faire élever un monument pour honorer les victimes de cette guerre.

Le 22 février 1920

Le C.M. délibère ainsi : « Le président expose que 22 enfants de la commune sont morts pour la France dans la Grande Guerre, qu'il y aurait lieu d'élever un petit monument pour commémorer le souvenir de ces braves. Le conseil à l'unanimité décide qu'un monument sera élevé sur la place publique pour commémorer l'héroïsme des braves qui ont sacrifié leur vie pour la patrie et qu'il convient de solliciter une subvention de l'Etat pour l'érection de ce monument. »

Le 30 avril 1922 au sujet du Monument aux morts, on peut lire :

Le maire rendant compte de ses démarches relatives à l'érection du monument aux morts pour la patrie, informe le conseil que pour la fourniture de la pierre il a arrêté son choix sur une carrière située à Toirac et dont la pierre est de très bonne qualité. Pour la construction du monument M Maillebiau ayant fait les conditions les plus avantageuses soit le prix du devis majoré de 600 francs, il demande au conseil de l'autoriser à passer un contrat au nom de la commune avec ledit Maillebiau. Le conseil accorde cette autorisation.

Plus tard, M. le maire expose que la pierre devant servir à la construction du monument aux morts de la guerre a été extraite et en partie livrée à l'entrepreneur des travaux qui la travaille. Il a personnellement fait l'avance d'une somme de 800 francs au propriétaire de la carrière qui a extrait la pierre et l'a transportée au bord de la route. Il devra dans peu de temps avancer encore une pareille somme. Les crédits nécessaires étant reportés au budget supplémentaire de cette année, il y aurait lieu de demander à M. le Préfet l'autorisation de mandater la somme de 1600 francs tout de suite sans attendre le retour des budgets après approbation par M. le Préfet. Le conseil, ouï cet exposé, invite M. le maire à demander à M. le Préfet l'autorisation de mandater la somme de 1600 francs immédiatement sur les crédits prévus au budget supplémentaire de 1922 pour le monument aux morts de la guerre.

Le monument aux morts a dû être terminé en 1923.

Vingt trois noms figurent sur ce monument. Parmi eux vingt et un sont nés à Larnagol. Philippe FRANCOUAL, bien que né à Saint Sulpice, était également larnagolais. En 1911, il était employé comme domestique par Lucien SOUMILHAC.

Le vingt troisième nom est celui de Raoul COSTE. Celui-ci est né à Bordeaux, mais il a été baptisé à Larnagol ; il était le fils d'Elise LAFFERRERIE et le petit-fils de Marie Rose LAVASTROU.

Télécharger au format PDF Télécharger le tableau de la liste des morts pour la patrie de Larnagol
(régiment, date et lieu de naissance, date et lieu de décès, circonstances,...)

 

Télécharger au format PDF Télécharger les fiches des 22 larnagolais morts pour la France (Raoul COSTES ne possède pas de fiche).

 

Sur la base d'un texte d'André FIZAMES, avec son aimable autorisation.