La foire

C'est au XIXe siècle que s'est développé la pratique des foires qui ont animé de nombreuses communes rurales. Ce phénomène s'est amplifié dans la seconde partie du XIXe siècle, notamment grâce à l'amélioration des moyens de communication et au développement de l'élevage.

Jusqu'en 1864, c'est le chef de l'état (donc le roi ou l'empereur), par décret, qui autorise la création d'une nouvelle foire. Cette prérogative sera ensuite transférée au préfet, puis au conseil général, après consultation des communes dans un rayon de 20 kilomètres.

Les foires étaient essentielles au maintien et au développement des petites exploitations agricoles car elles permettaient d'écouler les produits de l'élevage et les excédents de l'agriculture (quand il y en avait). Leur périodicité varie suivant les régions et l'importance de la commune. Pour les plus gros bourgs, il pouvaient y avoir une foire tous les mois ; pour d'autres il y en avait quatre ou cinq par an.

On trouve la première trace écrite de foires à Larnagol en 1805 (an XIII du calendrier républicain alors en vigueur).(1) Il y avait cette année là au moins une foire le 14 frimaire (4 décembre) et le 21 brumaire (12 novembre). On peut imaginer que l'activité, notamment pastorale, était suffisamment importante pour qu'il y ait une foire tous les mois, mais il n'y a aucune certitude à ce sujet.

En 1844, il y a deux foires à Larnagol. Elles ont lieu le 3 mai et le 9 novembre. (2)

En 1852 le conseil municipal discute au sujet des foires de Larnagol ; il est question d'un changement de date.

En 1853 la commune demande au conseil général de changer la date de la foire du 11 novembre pour la mettre au 8 novembre.

En 1861 une autre demande est formulée au conseil général pour changer à nouveau la date de cette foire au 25 novembre.

En 1863 un décret paru dans le bulletin des lois (ancêtre du journal officiel) entérine ce changement de date.

Vers 1870, dans le plan de construction de l'école, est écrit puis barré « foirail servant de cours des filles » ; ce qui semble indiquer qu'auparavant les foires se tenaient à cet endroit. Par la suite elles ont dû avoir lieu sur la place du village, avec son orme, car dans le plan de modification de l'entrée de Larnagol, en 1893, cette place est nommée place du marcher.

La foire - Affiche scolaire

Le 30 avril 1871 le C.M. donne son avis sur les foires de St Géry :
M le maire a donné lecture au conseil municipal de la lettre de M le sous préfet en date du 23 courant par laquelle il l'informe que par une délibération en date du 25 février de cette année, le conseil municipal de St Géry a demandé la création de quatre nouvelles foires qui se tiendraient au chef lieu de cette commune les 12 des mois de janvier, mars, juin et septembre de chaque année et le prie de faire délibérer le conseil municipal de la commune sur les avantages ou les inconvénients qui pourraient résulter pour l'agriculture et le commerce de cette création.
Le conseil municipal vu le projet formé par le conseil municipal de St Géry, considérant que St Géry se trouve au centre d'un grand nombre de communes limitrophes et que pour arriver de ces communes au dit St Géry il existe des routes et des chemins très praticables , est d'avis à l'unanimité que la création de ces quatre foires serait d'un grand intérêt pour l'agriculture et pour le commerce.

Le 7 novembre 1875 le C.M. propose que la foire qui se tient à Larnagol le 25 novembre, jour de foire à Cajarc, soit renvoyée au 27 novembre.

Jusqu'à cette époque, Les foires du Haut-Quercy - Sousceyrac, Hôpital-Saint-Jean, Vayrac, Gramat, Fons, Larnagol - sont importantes, plusieurs milliers de bêtes à laine y sont vendues pendant les mois d'avril et de mai et des centaines de quintaux de laine y sont commercialisés après la tonte, au mois de juin. (3)

Le 24 mars 1895 nouvelle discussion sur les foires : Il est constaté que les foires de Larnagol qui ont lieu  le 3 mai et le 25 novembre amènent peu d'affluence dans cette localité et ne sont l'objet que d'un commerce insignifiant. Le maire invite le conseil à chercher un remède à cette fâcheuse situation. Le conseil municipal considérant que la fête patronale qui a lieu le premier dimanche de mai est assez courue, qu'un grand nombre de visiteurs restent encore le lendemain, demande que la foire qui a lieu actuellement  le 3 mai soit fixée au lundi qui suit le 1er dimanche de mai. Pour la foire du 25 novembre qui a lieu le même jour que celle de Cajarc, afin d'éviter cette funeste coïncidence, la fixer désormais au 2 novembre.

Il semble que ces dernières propositions n'aient pas été suivies d'effet car en 1905, la foire de novembre se tient toujours le 25. L'exode rural et la première guerre mondiale auront raison des foires à Larnagol puisqu'on n'en trouve plus trace ensuite.

BulletinLoi1863.jpgConseilGeneral1853_1.jpgConseilGeneral1853_2.jpgConseilGeneral1861_1.jpg

Article écrit sur la base d'un document d'André Fizames avec son aimable autorisation

(1) Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France - An XIII
(2) Dictionnaire historique de A. Girault de Saint Fargeau
(3) Journal des voyages en Haute-Guienne de J.F. Henry de Richeprey