Radioscopie d'une commune

Cet article est paru en 1983 dans un journal confié par Didier Breil. Il nous donne un instantané du village au début des années 1980.

 

Radioscopie d'une commune : Larnagol

Larnagol est un petit village qui borde le Lot et qui fait partie des 14 communes composant le canton de Cajarc. 2436 hectares, 159 habitants, cette petite commune du Lot, au point de vue normes, est très représentative de la majorité des communes du département.

Le village par lui-même est un site magnifique et il suffit de se promener dans le dédale de ces vieilles rues entre ces vieilles maisons de pierres pour ressentir ce charme indéfinissable que possèdent très peu de villages lotois. Oui, Larnagol n'a rien à envier à sa voisine St-Cirq-Lapopie.
Faisons un peu plus connaissance avec ces gens de Larnagol. Qui donc était plus à même de nous en parler, sinon son maire, M. Wilfrid Ortalo. M. Ortalo est entré au conseil municipal en 1947 ; en 1953, il devient adjoint au maire et en 1959, occupe le poste de premier magistrat de la commune, fonction qu'il détient encore maintenant.

34 ans, au service des administrés, finalement c'est toute une vie que vous avez consacrée aux affaires publiques, ce doit être un gros sacrifice.
Vous savez la fonction de maire n'est pas toujours facile, beaucoup de critiques, peu de remerciements, mais la gestion d'une commune réserve beaucoup de satisfactions.. tout d'abord celle d'œuvrer pour le bien des habitants, ensuite celle de voir aboutir concrètement un projet étudié et préparé pendant des années. On s'aperçoit qu'il y a toujours à faire et que les problèmes diffèrent et évoluent avec le temps.

M. le maire, vous êtes vous-même exploitant agricole, comme la majorité des habitants de Larnagol. Décrivez-nous le paysan de votre «pays».
Tout d'abord, il faut savoir que le paysan de Larnagol est un planteur de tabac et vous n'êtes pas sans ignorer que notre commune détient de loin le rendement tabacole à l'hectare le plus élevé du département. Cela est dû, d'une part, aux terres, mais aussi et surtout au tempérament du paysan d'ici. Une émulation règne entre eux et contribue à cet excellent résultat. Nous faisons un peu de maïs semence, notamment à Neules et Premiac. Trois exploitations seulement pratiquent l'élevage ovin.

L'avenir de cette agriculture n'est-il pas un peu compromis du fait même de l'exode rural ?
L'inquiétude majeure réside dans le fait qu'il n'y a plus assez de jeunes au foyer agricole. En 1886, notre commune possédait 738 habitants. Les jeunes sont partis et partent à la ville chercher du travail. Une solution : des mesures efficaces au plan national qui inciteraient les jeunes à rester à la terre. Mais il est certain que déjà, des propriétés agricoles ou plus exactement des foyers agricoles avec le vieillissement des agriculteurs vont disparaître.

Quelles ont été vos orientations et vos principales réalisations depuis votre premier mandat ?
Notre travail et celui du conseil municipal a concerné l'adduction d'eau. Six tranches ont été nécessaires afin de desservir la totalité des habitations à deux exceptions près. Notre commune, malgré sa petitesse, possède 36 km de voirie et la réfection des chemins, l'enrobement des routes, l'entretien des voies grèvent la majeure partie de notre budget. Néanmoins, nous avons contribué à l'entretien des deux églises, et créé une salle des fêtes. Notre village étant essentiellement en pente, des murs de soutènement ont du être construits afin d'éviter effondrement et glissement de terrain. Il y a quelques années de cela, nous avons œuvré auprès du département, du conseil général pour la construction d'un pont qui rejoint les deux rives du Lot. A l'époque, ce projet était loin de faire l'unanimité; aujourd'hui un gros trafic le traverse chaque jour. Avec 160 000 F de budget annuel, somme prélevée sur le foncier et donc consentie uniquement par les propriétaires locaux, nous ne pouvons prétendre à de gros investissements ni de gros travaux mais nous nous efforçons d'employer cet argent au mieux de l'intérêt de la commune.

Lamagol possède un bel emplacement sur le circuit de la vallée du lot, cette situation n'offrirait-elle pas certains débouchés intéressants., notamment au point de vue touristique.
Le tourisme peut s'avérer être un complément appréciable pour tous les agriculteurs de la commune, celle-ci possède 48 résidences principales mais 53 résidences secondaires. Notre population en période estivale se multiplie par deux et si nous avons quelques gîtes ruraux, cela est insuffisant. Hélas, nous ne possédons aucun commerce local, et sur cet axe routier touristique de la vallée du Lot, un hôtel restaurant y trouverait largement son compte. La création d'un camping donnerait une certaine animation au village et contribuerait à sa renommée, aussi cela reste en projet et à l'étude.

Si d'aventure vous empruntez le circuit de la vallée du Lot, arrêtez-vous à Larnagol et prenez le temps de faire une petite promenade dans ce petit village. Tout comme ses habitants, il vous séduira et lorsque vous passerez devant cette ancienne grande bâtisse où l'on faisait l'élevage du ver à soie ou bien devant les ruines de l'ancien château, vous vous émerveillerez devant toutes ces pierres qui parlent de l'histoire de Larnagol et qui en font le charme.

M.M. DUMAS et LACAM

Vous pouvez retrouver l'article original dans l'espace ECRITS en suivant ce lien