L'électrification du bourg, de Seuzac et des hameaux

L'électrification du village, comme tous les grands travaux, s'est étalée sur plusieurs années, voire décennies. On peut en retracer une chronologie assez précise grâce aux délibérations du Conseil Municipal (CM) et aux archives communales.

Le 30 juillet 1905

Le C.M délibère déjà sur ce problème.

M. le maire a reçu de M Dumas entrepreneur d'électricité demeurant à Limogne et M Vialatte industriel demeurant à Calvignac, une demande d'autorisation d'éclairer à l'électricité le village de Larnagol, d'établir sur les places rues et terrains communaux des poteaux fils et appareils nécessaires à l'établissement de l'éclairage électrique.
M le Maire donne lecture du projet élaboré par les entrepreneurs susnommés.
M Pradel indique plusieurs modifications à apporter à ce projet, notamment l'obligation par les concessionnaires d'établir un certain nombre de lampes gratuites sur les places et dans les rues de Larnagol.
Le Conseil, ouï l'exposé de M le Maire et les explications de M Pradel qui a spécialement étudié le projet, autorise M le Maire à passer avec les entrepreneurs Dumas et Vialatte un traité, autorisant ces derniers à établir l'éclairage électrique à Larnagol.

Ce projet n'a pas eu de suite immédiate et l'on n'en retrouve pas trace dans les différentes délibérations du C.M . Ensuite la guerre de 1914–1918 est arrivée et ce n'est que quelques années plus tard que le Conseil Municipal va vraiment s'attaquer à cette question.

Le 10 décembre 1922

Le maire expose qu'il a reçu une demande de concession pour l'éclairage électrique public et privé de la commune de Larnagol par M Munier industriel électricien, lequel se propose d'établir une usine électrique au moulin de Calvignac. Il montre l'intérêt qu'il y aurait pour la commune à être éclairée à l'électricité et propose au Conseil d'accorder la concession demandée et d'approuver le cahier des charges dont il est donné lecture. Le conseil accorde la concession.

Pour voir le cahier des charges de 1923 en mode livre, cliquez ici :

Le 25 mars 1923

Le maire expose qu'il a reçu une demande de concession pour l'éclairage électrique public et privé de la commune de Larnagol par M Joulié et Munier concessionnaires à Calvignac (Lot) ; il rappelle que par délibération du 7 janvier dernier, le Conseil avait déjà accordé cette concession à M Munier seul. Le conseil à l'unanimité décide d'accorder cette concession.

Les travaux ont dû aller assez vite car le bourg était électrifié en 1923 d'après une délibération du 13/04/1930 dans laquelle M le maire indique que le bourg est électrifié depuis 7 ans. Un plan, annexé à la convention signée en 1935, nous donne un aperçu de l'installation qui existait probablement en 1923.

Extrait de la délibération du 13/04/1930

 

Le 30 mai 1926

Nouvelle délibération pour un problème de mandats, mais cela prouve que les travaux avaient été entrepris et même certainement terminés pour le bourg.

M. le maire expose que sur les crédits ouverts au budget de l'exercice 1924 il a mandaté à M Meunier électricien à Calvignac : 1°) une somme de 1174 F suivant mandat du 19 juin 1924 pour l'installation de l'éclairage électrique dans les bâtiments communaux. 2°) Une somme de 741 F suivant mandat du 6 décembre 1924 pour amélioration et augmentation de cette installation .
Que le montant de ces deux mandats dépasse le maximum de 1200 F au-delà duquel un traité de gré à gré est nécessaire ; que pour ces motifs les mandats ci-dessus qui ont été payés par le Receveur municipal ont été rejetés par M le Receveur des finances et que ce rejet a été approuvé par le Conseil de Préfecture du Lot.
Le Conseil considérant qu'à la date du 19 juin 1924, il n'était pas possible de prévoir qu'une autre dépense devrait être faite. La nécessité de gré à gré n'existait pas et demande que les mandats ne soient pas rejetés.

Le 6 mars 1927

Un emprunt pour l'installation électrique est prévu par le C.M

Le Conseil considérant que les frais d'installation électrique communale s'élevant à 12205 F , qu'il y a lieu de prévoir à bref délai l'extension du réseau et notamment l'installation de l'éclairage dans les bâtiments communaux de la section de Seuzac, considérant en outre que les bâtiments scolaires et la mairie nécessitent des réparations urgentes, qu'on peut évaluer approximativement à 3000 F, que les ressources budgétaires ne permettent pas de faire face à bref délai à ces dépenses. Décide de faire un emprunt de 15000 F sur particuliers au moyen de l'émission de 30 bons de 500 F chacun productifs d'un intérêt annuel de 5% et remboursable en 15 annuités à raison de 2 bons par an par voie de tirage au sort. Le remboursement des annuités et le paiement des intérêts seront garantis par l'inscription au chapitre des dépenses du budget communal de la somme à rembourser annuellement. Les habitants de la commune auront seuls le droit de souscrire à cet emprunt.

Par la suite il va y avoir de nombreuses modifications dans tous les domaines ; pour l'emprunt, pour les sociétés exploitantes et pour les relations de la commune avec ses dites sociétés. Une fois encore se sont les délibérations du C.M qui vont nous tenir au courant de toutes ces évolutions.

Le 19 juin 1927

M. le maire informe que la compagnie de Distribution Electrique du Midi, société ayant son siège social 25 allées Jean Jaurès à Toulouse, a traité avec M Joulié l'achat de son fonds de commerce comportant la production et la distribution d'énergie électrique . Cette société demande que sa substitution aux anciens concessionnaires Munier et Joulié dans la convention passée par ceux-ci avec la commune de Larnagol, soit agréée par le Conseil.

A ce moment de l'histoire de l'électrification du village intervient un évènement important. Le maire, Ludovic VINEL présente sa démission au préfet du Lot qui l'accepte le 24 mai 1928. Le conseil municipal est convoqué pour le 3 juin 1928 dans le but d'élire un nouveau maire. C'est Albert Toulza qui sera élu et qui prendra donc en charge ce lourd dossier. Il devra également gérer l'arrivée de l'énergie électrique dans les maisons et les fermes qui a commencé environ à cette époque.

 

Le 22 juillet 1928

Modification de l'emprunt : Le maire soumet à l'approbation le cahier des charges pour l'émission de l'emprunt par voie de souscription publique prévu par la délibération du C.M. du 6 mars 1927 et approuvé par le préfet. Le Conseil décide de remplacer 30 obligations de 500 F par 15 de 1000 F.

Le 10 février 1929

Un petit problème pratique vite résolu : Problème de la pose d'un interrupteur commandant l'éclairage public afin de parer à l'usure rapide des lampes, maintenant que le courant est fourni en permanence.
Choix d'un interrupteur automatique : 1000 F
Choix d'un interrupteur ordinaire manœuvré matin et soir : 50 F
Le Conseil opte pour le petit appareil ; M Lavastrou se charge de la manœuvre à titre gracieux.

Le 13 avril 1930

Le C.M envisage l'électrification des écarts et décide de faire appel au concours du Génie Rural pour les travaux.

Le 30 octobre 1930

Le C.M. décide d'organiser le contrôle communal des distributions publiques d'énergie électrique.

Le 5 mars 1933

Un Syndicat intercommunal en vue de l'étude de la distribution de l'énergie électrique pour l'éclairage.

M. le Maire expose les avantages que présenterait pour les habitants de la commune, la distribution de l'énergie électrique, à la fois en vue de l'éclairage et de la force motrice.
Il fait ressortir que la construction et l'exploitation du futur réseau seraient particulièrement facilitées par la constitution d'un Syndicat.
Il ajoute qu'il convient de procéder au préalable à des études pour déterminer dans quelles conditions l'œuvre pourra être réalisée, et qu'il y a lieu dans ce but de constituer avec les autres communes intéressées un Syndicat dont le Comité se mettra en rapport avec le Service du Génie Rural pour mener à bien l'entreprise.
Le Conseil après avoir entendu les explications de M. le Maire et après en avoir délibéré, décide :
1°- de donner une adhésion de principe à la formation d'un syndicat Intercommunal en vue de la construction et de l'exploitation d'une distribution d'énergie électrique et de supporter une part des dépenses qui sera fixée lors de la constitution définitive de ce Syndicat.
2°- de se joindre aux communes voisines pour constituer par application des lois des 5 avril 1884, 22 Mars 1890 et 13 Novembre 1917 et avec l'autorisation préfectorale, un syndicat chargé de procéder aux études nécessaires à la réalisation de l'entreprise.
3°- de charger le bureau du Comité de ce syndicat de se mettre en rapport avec le Service du Génie Rural pour poursuivre ces études et notamment pour déterminer les limites et la consistance du réseau, le mode d'exploitation, la répartition des dépenses entre les communes, et les voies et moyens financiers à employer pour faire face aux frais d'établissement.
4°- de laisser au Comité du syndicat d'études le soin de déterminer chaque fois que besoin sera, à la majorité, la part de chaque commune dans les dépenses qui seront engagées par ledit syndicat, la part ainsi fixée devenant une dépense obligatoire pour la commune.
5°- de proposer que le syndicat n'ait pas de durée limitée, que son siège soit fixé à Cajarc et que les fonctions de trésorier soient confiées à M. Receveur municipal de la commune de Cajarc.
6°- de demander le concours gratuit du Service du Génie Rural pour les études du projet du réseau.
Le Conseil vote immédiatement pour subvenir aux frais d'études et à toutes les opérations à faire par le Comité du Syndicat, une contribution de cinq cent francs qui sera versée entre les mains du Trésorier du Comité.
Enfin le Conseil délègue M. Toulza Albert et M. Forestié Gabriel, à titre de membres titulaires, et M. Gimbergues Louis, à titre de membre suppléant, pour représenter la commune de Larnagol aux séances du Comité Syndical.

Le 9 juillet 1933

Approbation du cahier des charges et de la convention présentée par la CDEM au syndicat intercommunal de Cajarc.

M. le maire donne connaissance du projet de convention intervenu entre la Compagnie de Distribution Electrique du Midi (CDEM) et le syndicat intercommunal de Cajarc et du nouveau cahier des charges pour la concession par le syndicat intercommunal de Cajarc d'une distribution publique d'énergie électrique à la CDEM.
Pour ce qui concerne Larnagol, la nouvelle concession annule et remplace la convention intervenue le 5 mai 1926 et le nouveau cahier des charges annule et remplace celui approuvé le 12 mai 1926.

Le Conseil, ouï l'exposé du maire, approuve et donne pouvoir au maire pour signer le nouveau cahier des charges.

Pour voir le cahier des charges de 1933 en mode livre, cliquez ici :

Le 1er octobre 1937

La commune adhère au syndicat intercommunal.

Syndicat de communes en vue de la construction et de l'exploitation d'une distribution d'énergie électrique.

Le maire expose les avantages de la distribution de l'énergie électrique à la fois en vue de l'éclairage et de la force motrice du futur réseau qui serait facilité par la création d'un syndicat

Le Conseil, vu les lois du 5 avril 1884, 22 mars 1890 et 13 novembre 1917 sur les syndicats intercommunaux :

1°) décide de donner une adhésion définitive à la constitution d'un syndicat de communes qui aura pour objet d'assurer la construction et l'exploitation d'une distribution publique d'énergie électrique
2°) décide de charger le comité de ce syndicat de se mettre en rapport avec le service du Génie Rural pour poursuivre la réalisation de l'entreprise et notamment pour déterminer les limites et la consistance du réseau , le mode d'exploitation, la répartition générale des dépenses entre les communes et les voies et moyens financiers à mettre en œuvre pour faire face aux frais d'établissement, étant entendu que le CM sera appelé à se prononcer ultérieurement sur le projet définitif concernant la commune ainsi que sur la quote-part des dépenses et les dispositions corrélatives, à les adopter
3°) décide de participer aux dépenses de gestion du syndicat conformément aux dispositions du règlement syndical et prend l'engagement d'inscrire au budget communal la somme nécessaire dans la limite des  5 centimes spéciaux prévus par la loi du 22 mars 1890
4°) abandonne au syndicat les frais du contrôle, les taxes et redevances de toute nature, notamment celles d'occupation du domaine public prévus au cahier des charges des distributions d'énergie électrique, ainsi que le privilège d'occupation des voies publiques dont elle dispose en vertu de la loi du 15 juin 1906
5°) confie au comité du syndicat le soin de procéder, avec le concours du service du Génie Rural et du service du contrôle, chacun en ce qui le concerne, aux formalités règlementaire en vue de la construction et de l'exploitation du réseau, ainsi que de passer tous marchés ou contrats nécessaires
6°) décide que la durée du syndicat est illimitée, que le siège du syndicat est fixé à Cajarc et que les fonctions de Receveur du syndicat seront exercées par le Receveur Municipal de Cajarc
7°) confie au comité du syndicat de se prononcer chaque fois que besoin sera, sur l'admission de toute commune nouvelle dans le syndicat
8°) élit définitivement comme délégués : MM Toulza Albert et Forestié Gabriel comme délégués titulaires, M Gimbergues Louis suppléant.

Le 18 septembre 1934

Approbation du cahier des charges modifié, déjà approuvé le 9 juillet 1933 . La convention entre le syndicat intercommunal de Cajarc et la Compagnie de distribution électrique du Midi a été modifiée. Le Conseil approuve à nouveau.

Le 20 janvier 1935

Le C.M délibère sur la garantie de l'emprunt pour l'électrification des écarts

Projet dont le montant définitif s'élève à 244000 F. La part de la commune est de 170000 F. La commune dispose de 30000 F qu'elle peut verser immédiatement. La somme à emprunter est de 140800 F. La réalisation serait confiée au syndicat intercommunal de Cajarc.

Le 17 mars 1935

Annulation de la convention du 5 mai 1925 au sujet de l'installation électrique. Le conseil signe une convention portant annulation de celle-ci dès l'approbation de la nouvelle concession syndicale.

Le 31 mars 1935

Le C.M s'occupe de la garantie de l'emprunt pour l'électrification des écarts

Le Conseil
1°) annule la délibération du 10 février en tant qu'elle prévoyait le versement au syndicat de Cajarc d'une subvention de 30000 F
2°) confie au syndicat le soin de contracter directement à la Caisse des Dépôts et Consignation la tranche d'emprunt qui concerne la commune
3°) déclare garantir l'emprunt du syndicat jusqu'à concurrence d'un capital de 170800 F dont l'annuité pour 30 ans et au taux de 5,35% est de 11496,56 F
4°) afin d'assurer le paiement régulier de la dite annuité, vote pour 30 ans une imposition extraordinaire.
5°) s'engage à verser chaque année dans la caisse du syndicat les sommes visées à l'article précédent.

 

Le 1er décembre 1935

L'électrification des bâtiments communaux de Seuzac est prévue.
Ecole : 700 F
Presbytère : 679 F
Eglise : 704,5 F

Mais, comme toujours, tout le monde ne peut pas être d'accord et le C.M doit répondre à une requête de quelques habitants de la commune :

Le 1er mars 1936

Lettre du 21 février 1936 de
Theil Philippe, Delluc Firmin, Belvèze Louis, Delluc Louis, Breil Jean, Vinel Germaine veuve Vinel Gustave, Thalamas Pierre, Lestang Pierre, Labro Elise, Delluc Henri, Védrune veuve Cornède, Pezet Emile, tous propriétaires exposant au maire qu'ils ont reçu en septembre 1930, à  titre d'indemnité agricole pour intempéries des sommes diverses qu'ils laissèrent partiellement à la commune pour contribuer à l'électrification des écarts ; sommes déposées à M le Percepteur de Cajarc, dépenses couvertes depuis par le syndicat intercommunal. Ils demandent le remboursement.

Délibération au sujet de la lettre :

La requête ne regroupant que 18 signatures sur 90 souscripteurs ne représente que le désir d'une faible minorité. Les sommes sont toujours affectées et figurent toujours au budget municipal sous la rubrique installation de l'éclairage électrique.   Une partie a déjà été utilisée, le restant constitue une sage et précieuse réserve pour l'avenir.
Le Conseil estime de ne pas avoir à donner suite à la requête.

Le 19 mars 1939

On trouve une demande d'augmentation du forfait pour l'entretien de l'éclairage public.

Lettre de la Compagnie Electrique du Midi : forfait porté de 250 F à 300 F ... avis favorable

Pendant toute cette période, de la création en 1923 à 1945, le réseau a dû évoluer et se transformer. Les lignes de transport étaient partout aériennes et allaient de poteaux en consoles plantées dans le mur des maisons. Déjà à cette période le courant n'arrivait plus comme indiqué sur le plan initial, mais par « la croix de l'Angle » et il y avait un gros transformateur sur la petite terrasse au bord de la route entre l'Angle et le bourg.

La dernière modification d'importance, réalisée au début des années 2000,  fut le passage sous terre de l'alimentation électrique pour le bourg ce qui a fait disparaître des rues du village les fils aériens assez disgracieux.

 Pour compléter votre information,
vous pouvez retrouver les archives communales concernant l'électrification en mode livre en cliquant ici (200 pages) :

Vous pouvez également retrouver 5 plans concernant ce sujet en cliquant ici

Texte écrit sur la base d'un document fourni par André Fizames et publié avec son aimable autorisation