André Mailhebuau

André Mailhebuau est né le 29 décembre 1911 à Aubervilliers (Seine).

Il est le fils de Gabriel, officier du génie, et de Marie. Enfant, il suit son père de caserne en caserne ; c'est ainsi qu'en 1926, on le retrouve à Haguenau où son père est en garnison dans le camp d'Oberhoffen. Tous ces voyages n'empêcheront pas André de devenir instituteur.
André Mailhebuau épouse Reine Pons, originaire de Saint-Vincent Rives d'Olt et elle aussi institutrice. Ils sont en poste dans l'ouest du Lot, lui à Saint-Cyprien, elle à Escayrac, séparés de quelques kilomètres. Le 1er octobre 1937, ils sont tous deux mutés à Larnagol en remplacement de M. et Mme Basile.


Comme c'était souvent le cas à cette époque, André Mailhebuau est nommé secrétaire de mairie le 23 octobre 1937, trois semaines après son arrivée. Le nouvel instituteur de Larnagol est plutôt entreprenant puisque, à peine en poste, il demande un terrain de sport et un champ d'expérience (jardin) pour son école. M. Breil offre une partie de son champ pour le jardin et des crédits seront débloqués en février 1938 pour le terrain de sport.

 

Au début de la Deuxième Guerre Mondiale, il est mobilisé, mais il revient assez rapidement (pour quelle raison ?) puisqu'il est à Larnagol à la fin de l'année 1940. Il est alors élu comme correspondant du secours national, comité local chargé d'apporter un secours aux familles des prisonniers.
André Mailhebuau est très actif pendant ce conflit. Tout comme Marcel Lavastrou, il apporte toute l'aide qu'il peut au maquis. C'est probablement ce qui causera sa perte.


En ce jour de mars 1944, André Mailhebuau fait la classe quand il est emmené par deux agents de la Gestapo. Les enfants assistent au départ du maître, sans réaliser vraiment ce qui se passe. Pourtant le souvenir de cette journée restera gravée à jamais dans leur mémoire ; trois d'entre-eux nous relatent aujourd'hui cet évènement et on sent toute leur émotion dans leur évocation.

Comme Marcel Lavastrou, André Mailhebuau fera partie du convoi des tatoués, parti de Compiègne le 27 avril 1944 pour Buchenwald. Contrairement à Marcel, André n'en reviendra jamais.

André Mailhebuau est décédé le 14 janvier 1945 à Flossenburg (Allemagne), « Mort pour la France ».
En 2004 son nom est cité dans le Livre-mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution et, en 2012, un arrêté fixera l'apposition de la mention « Mort en déportation » sur son acte de décès.


Larnagol lui a rendu hommage, sous le mandat de Raymond Theil, en donnant son nom à une place.


La place Mailhebuau

Vous pouvez retrouver ci-dessous quelques documents concernant André Mailhebuau :

DSC03490.JPGDSC03491.JPGDSC03493.JPGP1310687.JPGP1310688.JPGP1350179.JPG