Les restrictions de chaussures

C’est le 10 mars 1940 qu’un décret parait au journal officiel pour définir les conditions d’attribution des cartes de rationnement. Les premières cartes de rationnement apparaissent à la fin de l’année 1940 pour les produits de première nécessité : pain, viande, sucre,…


Un peu plus tard, en 1941, la France fait face à une pénurie de cuir. Les coupons pour les chaussures voient le jour. Pour obtenir les cartes ou les coupons, chaque personne doit remplir une déclaration qui permettra de la classer dans une catégorie suivant leur âge ou la pénibilité de leur travail :

E : enfants de moins de 3 ans
J1 : enfants de 3 à 6 ans
J2 : enfants de 6 à 12 ans
J3 : jeunes de 13 à 21 ans, femmes enceintes
A : adultes jusqu'à 70 ans ne se livrant pas à des travaux pénibles
T : adultes de 14 à 70 ans effectuant des travaux pénibles
C : jeunes de plus de 12 ans et adultes, se livrant à des travaux agricoles
V : personnes de plus de 70 ans.

    

Ces règles changeront au fil du temps. Les préfets seront les relais qui auront pour mission d’informer les maires. Quand on connait la complexité du système, on imagine facilement la difficulté qu’ont eu les maires des plus petites communes, comme Larnagol, pour formaliser les demandes de leurs concitoyens.

Prefet01.jpgPrefet02.jpgPrefet03.jpgPrefet04.jpgPrefet05.jpgPrefet06.jpgPrefet07.jpgPrefet08.jpg

À cette époque Albert Toulza, qui est le maire de la commune, prend conseil auprès de son collègue de Cajarc.

cajarc1.jpgcajarc2.jpg

Ceux qui ont connu ou entendu parler de cette période savent que les restrictions ne se sont pas arrêter à la fin de la guerre. Elles ont duré pratiquement jusqu’à la fin des années 40.

À Larnagol, grâce à un mystérieux « archiviste », les documents concernant le rationnement et les demandes de chaussures se trouvent regroupés dans une même enveloppe, toutes années confondues. Ce dossier regorge d’information sur les habitants de la commune à cette époque.

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez retrouver ces documents dans la section « Livres » ou en cliquant ici.