Raymond Subes

Raymond Subes est né en 1891 à Paris et est décédé en 1970. C’est un personnage important de l’histoire de Larnagol.

Plutôt que de raconter sa vie, nous préférons vous renvoyer à cette excellente préface écrite par sa fille, Anne-Marie Subes-Millecamps, dans un ouvrage intitulé « Sur les traces des expositions universelles à Saint-Cloud ». En voici un extrait qui concerne plus particulièrement le village.

Il n’aime pas la solitude et connait l’art d’occuper agéablement et gaiement les dix ou douze personnes qu’il invite à partager ses vacances dans le Lot où il a acquis en 1924 un petit château du XVIIème siècle, le château de Larnagol : vacances des plus simples, sans ostentation.
On se baigne dans la rivière, on joue au tennis, on fait de longues marches dans le Causses entraînés par des airs militaires entonnés par Raymond Subes qui adore chanter ; on fait aussi des aquarelles ou des peintures, autre passion de Raymond Subes, qui emmène ses amis – souvent des peintres et des architectes – « sur le motif ». D’autres jours, on part tous en voiture pour visiter – avec Raymond Subes comme guide passionnant de science et d’enthousiasme – les vieux villages de la région ou encore les antiquaires de Cahors ou de Figeac.

subes_livre1.jpgsubes_livre2.jpgsubes_livre3.jpgsubes_livre4.jpgsubes_livre5.jpgsubes_livre6.jpg

Raymond Subes achète donc le château de Larnagol en 1924. Il en sera propriétaire jusqu’à sa mort en 1970. Quelques larnagolais y ont travaillé comme jardinier ou aux cuisines et au service. Les plus anciens du village se rappelaient bien y avoir vu le sculpteur Paul Belmondo. Il parait même qu’un jour on vit passer son fils, Jean-Paul, au volant d’un cabriolet avec Brigitte Bardot à ses côtés.

Il serait vain d’énumérer sa production tant elle est immense. On peut en avoir un aperçu avec les photos ci-dessous :

subes_oeuvre1.jpgsubes_oeuvre2.jpgsubes_oeuvre3.jpgsubes_oeuvre4.jpgsubes_oeuvre5.jpgsubes_oeuvre6.jpgsubes_oeuvre7.jpg

Ce que l’on sait moins, c’est que Raymond Subes créa en 1957 la médaille de l’ordre des arts et des lettres, mais aussi le grand collier de la Légion d’Honneur que seuls les présidents de la République peuvent porter. Encore moins connu, la réalisation de quarante épées d’académicien pour des personnalités illustres. En voici quelques exemples.

épée de Paul Belmondoépée de Jacques Chaban-Delmasépée de Roger Chastelépée de Jean Lurçatépée d'Auguste Perretépée d'Edouard Sandozépée de Raymond Subes

Plus modestement, suivons les traces de son passé à Larnagol. Tout d’abord dans l’église :

Dans le fond l’église on peut trouver un baptistère moderne en cuivre

Puis un magnifique banc de communion très finement ouvragé dont on peut trouver des magnifiques photos en suivant ce lien.

On trouve également des traces de Raymond Subes dans les archives communales. Il écrit au maire à plusieurs reprises à l’occasion de dégâts occasionnés par des tempêtes.

En 2010 la famille de l’artiste fait don à la commune d’une grille en fer forgé qui est posée sur un mur extérieur du château donnant sur une petite place. Ce sera l’occasion de donner un nom à cette place qui est devenu la place Raymond Subes inaugurée le 31 juillet et relaté dans La Dépêche du Midi le 4 août.

Larnagol. Hommage à Raymond Subes

Les habitants de Larnagol, invités et élus ont assisté le 31 juillet à l'inauguration de la place Raymond-Subes.
Le conseil municipal a tenu à remercier la famille Subes qui a offert à la commune une grille en fer forgé, création du grand ferronnier d'art. En présence de sa fille Anne-Marie Millecamps et de ses descendants, le maire André Ortalo-Magné a rappelé le parcours de Raymond Subes né en 1891, ses créations remarquables, parmi lesquelles les grilles de la Banque de France à Paris, les portes et les balustres du «Normandie», la grille de la préfecture de Cahors.
Au cours de la cérémonie, le maire a également cité la devise du ferronnier, « sans amour rien ne vaut ».
« De son amour, Larnagol et le château en ont bénéficié », a-t-il poursuivi. Dans ce château qu'il acquit en 1924, il avait rassemblé des œuvres d'art, dont les siennes, qui constituaient un ensemble unique et personnel dispersé en octobre 2008. Il y passait régulièrement ses vacances en famille, y recevait ses amis avec lesquels il partageait son goût pour l'art, la peinture et la décoration, n'hésitant pas à installer comme eux son chevalet au coin d'une rue! « Aujourd'hui, le château est appelé à une nouvelle vie. Je suis sûr qu'il conservera son charme d'antan », a-t-il conclu.
Après avoir découvert la plaque où figure le nom de son père, Anne-Marie Millecamps a relaté quelques anecdotes et souvenirs de ses vacances à Larnagol, où son père aimait rire avec ses amis et faire des aquarelles. « On est marqués par Larnagol », a-t-elle dit.
En son nom, celui de Gérard Miquel et de Jean-Jacques Raffy, le vice-président du conseil général Gérard Amigues a souhaité que l'on conserve la mémoire de Raymond Subes par des expositions et au château, en espérant qu'un acquéreur aura la volonté de le restaurer et de l'ouvrir à l'art contemporain et aux visiteurs. La conseillère régionale Catherine Marlas a assuré de son soutien.
L'inauguration s'est terminée au château autour d'un verre.

Le château de Larnagol