La Ferme

La ferme du XXe siècle, tout au moins jusque vers 1950, ressemble beaucoup à la ferme du XIXe siècle dans son aspect général. Si l'amélioration de l'outillage est progressive, le souci reste le même : assurer l'autosubsistance de la ferme.

La ferme larnagolaise est semblable au modèle traditionnel du Quercy. La cave, semi-enterrée, sert de lieu de stockage pour les légumes, les fruits et les outils. On y trouve également le matériel nécessaire à la production du vin. Le premier étage, auquel on accède par un escalier extérieur, est dédié à l'habitation. La chambre est souvent séparée. La cuisine où se trouve la grande cheminée fait office de pièce à vivre. Au dessus, le grenier est un espace de stockage et de séchage des plantes.

Autour de la ferme on trouve les dépendances nécessaires à la production. L'étable abrite vaches, bœufs et âne, plus rarement des chevaux. Un clapier ou un poulailler abrite lapins et volailles. Une grange permet de stocker le matériel agricole. Enfin on trouve souvent un fournil où la famille cuit son propre pain ce qui lui évite de faire appel au boulanger.

Pour assurer la subsistance de la famille un potager fournit l'essentiel des légumes. Il est souvent complété par des arbres fruitiers et la vigne nécessaire à la production du vin pour la consommation des habitants de la ferme. Souvent une petite surface boisée donne le bois nécessaire à l'alimentation de la cheminée.

La plus grande part des surfaces cultivées est consacrée aux céréales, seigle, blé, avoine. Le tabac et la fraise sont pratiquement les seules cultures dont le cultivateur tire un bénéfice. Le chanvre offre la matière pour le linge.

Les parties non cultivées fournissent la nourriture aux chèvres et aux brebis.

Comme on le voit, la famille, souvent composée de plusieurs générations sous le même toit, vit pratiquement en autarcie. Les achats se limitent au strict nécessaire.